La contre productivité de la société du travail..

Je ne vais pas entrer dans une étude socio-politico-économique du travail. Je vais tenter de faire une analyse à partir de ma perception sur la question, nourrie par les informations quotidiennes mises à la portée de tous.

La question du travail et toutes ses déclinaisons directes et indirectes que sont le chômage, la précarité, la mondialisation, les délocalisations, la pauvreté, les jeunes diplômés, le syndicalisme, les gréves, le patronat, l’entreprise, l’école, l’argent.. etc etc.. est au centre des débats depuis les 30 glorieuses. De ce point de vu, la bonne santé d’une société se mesure aujourd’hui à sa gestion du phénomène travail.

Je me rends compte comme tout un chacun, que la question du travail et les multiples aspects systémiques en font un problème mathématique de premier rang, un algorithme digne de la science fiction. Le vœux pieux de tous est bien évidemment que chaque personne travaille, vive dans de bonnes conditions humaines et matérielles. Soit !

A ce jour, je pense que la question du travail est mal posée si l’on part du postulat que le travail est la solution à tout. Beaucoup ont essayé de redonner une place à chacun dans la société du travail mais on se rend compte qu’avec le progrès notamment l’informatisation le travail pour chacun s’éloigne petit à petit.

Dans cette boucle sans fin, dans ce cercle devenu vicieux, le travail n’est plus la solution mais le problème de toutes les sociétés modernes.

La question centrale devient donc la suivante : Peut-on se passer du travail ( je ne parle pas d’activité) ?

Pour ma part, ma réponse à ce jour est claire : OUI

Parce que le travail créé de l’inégalité entre ceux qui en ont un et les autres, les différences de hiérarchie et de pouvoir d’achat, la classification des rémunérations ressemble aux fonctionnement des castes en Inde, il existe la pauvreté parce qu’il y a la référence au travail donc l’argent..

Parce que le travail est aliénant, lorsque l’on prend en compte le ratio du temps passé dans le monde du travail et la durée d’une vie.

Parce que le travail est le problème (le travail se raréfie) du problème (économique, sociétal, humain) sachant que l’on ne règle pas un problème par un problème.

Il n’est pas fou d’imaginer une société basée sur d’autres valeurs que le travail qui a fait son temps. Deux citations m’inspirent à avoir une autre vision pour un futur plus en adéquation avec la société moderne :

  • « Un problème sans solution est un problème mal posé ». (EINSTEIN)

  • « Si on veut obtenir quelque chose que l’on n’a jamais eu, il faut tenter quelque chose que l’on n’a jamais fait ». (PERICLES)

Les sociétés moderne et en développement doivent tirer des leçons de l’histoire et être davantage à l’écoute de la science.

… l’avenir le dira…

3 réflexions sur “La contre productivité de la société du travail..

  1. Article tres juste selon moi!
    Et je signe le fait : on peut se passer de travailler
    Perso, je ne travaille plus vraiment, j’ai choisi de mettre en application la citation suivante:
    Choisi un travail que tu aimes et tu n’aura plus jamais besoin de travailler.
    Je ne travaille donc plus depuis des annees, j’aime. Je me rends à mon bureau et accueille mes patients juste avec amour. Je ne travaille pas, j’accompagne, je prends plaisir, je respire et surtout j’aime vraiment.
    Chacun à son chemin à faire sur le sujet, mais il est vrai qu’il y a fort à faire pour beaucoup.
    Bonne journee a vous
    Cdlt
    Clementine

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s