Paradise papers..

Quand on a beaucoup d argent, énormément d argent … de quoi vivre plusieurs siècles… même en payant énormément d impôt… Pourquoi ils en veulent de plus en plus? Pourquoi ils trichent? 

Je ne comprends ni le principe ni l intérêt.. 

Je ne dois pas avoir suffisamment d argent pour comprendre…

Quand on a rien à dire on parle de…

Je n’ai pas vu la pluie depuis le mois de…. je ne m’en souviens pas…L’air de rien, c’est grave. Je suis heureux qu’il pleuve car cela commençait à m’inquiéter. Non, je ne vis pas au fond de l’Afrique, je suis juste sur la cote d’azur..

…. la pluie et le beau temps.

Immersion mortelle

Il est presque Midi, je me prépare pour aller manger, quand soudain le commissaire me téléphone de son bureau, à dix mètres du mien. Mince, je me dis, n’importe qui mais pas lui ! avec son air toujours coincé, et comme si le ciel lui tombait sur la tête pour n’importe quoi. Je n’avais vraiment pas envie à ce moment là. Mais bon, c’est le chef.

  • Oui Monsieur le commissaire !

  • Lisez ça !

Il me tend une lettre. Je la parcours, une première fois rapidement, je reviens sur les phrases et les paragraphes avec à chaque fois plus de précision.

A peine je lève la tête, il me dit : « alors, vous en pensez quoi ? »

Rien d’extraordinaire, une lettre anonyme, accusatrice, sur des faits importants.

  • C’est la troisième sachez-le !

  • Ah bon, pourquoi vous en préoccuper que maintenant ?

L’histoire commence à prendre trop d’ampleur, l’étude des trois lettres montre que ce ne sont pas les mêmes personnes à chaque fois

  • Je vous veux sur cette affaire.

Je n’ai pas le choix à vrai dire, j’obtempère à contre cœur.

Je repars pour mon déjeuner mais cette fois, les mots de cette fameuse lettre viennent me heurter. Ils sont lourds, douloureux par celui ou celle qui les prononçait. Les mots fusent : « horrible », « mensonges », « angoisse de mort », « perverse », et j’en passe. La souffrance se ressent dans les mots.

Nous sommes le 1 avril 2012, une couverture fournie par le commissaire, je prends donc des fonctions de majordome dans le palace « des deux rois » dans un centre-ville glauque. Le silence fait peur. Les passants étranges. Ça m’angoisse rien qu’à l’idée…

…………….. A suivre…..

 

Le silence peut être redoutable..

Le silence n’est pas toujours utilisé à bon escient… si on le maîtrise, il peut devenir un allié de poids.

 

Face tes paroles exacerbées… mon silence est ta réponse…

En panne… sèche

Cela fait un moment que je n’écris pas sur mon blog… mais bizarrement je le consulte souvent, je vous lis..
Je ne suis pas en panne d’inspiration, beaucoup de chose à dire, à raconter mais grosse panne d’écriture..
C’est une maladie particulière, je consulte Bernard Pivot bientôt.